COMPÉTITON

TORNARE de Cristina Comencini

Tornare affcihe.jpg

Scénario : Cristina Comencini, Giulia Calenda, Ilaria Macchia  

Image : Daria D’Antonio  

Montage : Patrizio Marone  

Musique : Gabriele Coen, Mario Rivera  

Producteurs : Lionello Cerri, Cristiana Mainardi  

Interprètes : Giovanna Mezzogiorno, Vincenzo Amato, Beatrice Grannò, Clelia Rossi-Marcelli, Marco Valerio Montesano, Alessandro Acampora, Barbara Ronchi  

Année : 2020  

Durée : 1 h 47

Naples. Alice (Giovanna Mezzogiorno), 40 ans, revient des USA après vingt ans d’absence. Son père vient de décéder et il n’y a plus personne dans la maison familiale, une magnifique villa sur la mer qu’avec sa sœur Virginia (Barbara Ronchi) elles ont décidé de vendre. Alice séjourne seule dans la maison qu’elle avait fuie et des souvenirs resurgissent. Elle se redécouvre enfant et adolescente rebelle, et revit sa relation difficile avec ses parents. Virginia lui présente Marc, un homme charmant qui a été proche de son père pendant ses dernières années. Il semble tout savoir d’elle et de son passé. Avec lui débute alors un « voyage » au bout de ses souvenirs. 

 

« Tornare » est un superbe portrait de femme qui a connu un grand succès public et critique au Festival international de Rome. 

Tampon INEDIT.png

PADRENOSTRO de Claudio Noce

Padrenostro affiche.jpg

Scénario : Claudio Noce, Enrico Audenino  

Image : Michele D’Attanasio  

Montage : Giogiò Franchini  

Musique : Ratchev et Carratello  

Producteurs : Andrea Calbucci, Pierfrancesco Favino, Maurizio Piazza  

Interprètes : Pierfrancesco Favino, Mattia Garaci, Barbara Ronchi, Francesco Gheghi, Anna Maria De Luca, Mario Puppella  

Année : 2020  

Durée : 2 h 

Le 14 décembre 1976, Alfonso Noce, magistrat à la tête de la brigade antiterroriste à Rome, est blessé dans un attentat qui coûte la vie à un membre de son escorte et à un terroriste. Plus de quarante ans après, son fils met en scène le climat de peur dans lequel a vécu sa famille à cette époque. Valerio (Mattia Garaci) a 10 ans lorsqu’un matin il est réveillé par des rafales de mitraillette. Il voit sa mère (Barbara Ronchi) paniquée et court avec elle dans la rue. Son père (Pierfrancesco Favino) vient d’être blessé et emmené à l’hôpital. Ne le voyant pas revenir à la maison, il le croit mort. Seule l’apparition de Christian (Francesco Gheghi), un garçon un peu plus âgé que lui, le tire de sa mélancolie et lui fait oublier sa peur.  

 

Pour sa prestation dans ce film d’une forte intensité, Pierfrancesco Favino (« Le traitre ») a obtenu le Prix d’interprétation à la Mostra de Venise 2020.  

Tampon INEDIT.png

ODIO L’ESTATE de Massimo Venier

Odio l’estate affiche.jpg

Scénario : Davide Lantieri, Michele Pellegrini, Massimo Venier, Aldo, Giovanni et Giacomo  

Image : Vittorio Omodei Zorini  

Montage : Enrica Gatto  

Musique : Brunori Sas  

Producteur : Paolo Guerra  

Interprètes : Aldo Baglio, Giovanni Storti, Giacomo Poretti, Lucia Mascino, Carlotta Natoli, Maria Di Biase, Michele Placido, Massimo Ranieri  

Année : 2021  

Durée : 1 h 45

Aldo, hypocondriaque chronique et fainéant, a loué une magnifique maison sur une île pour les vacances. Il s’y rend avec sa femme, ses trois enfants et son chien. Après un voyage stressant, ils arrivent et s’installent. Giovanni, un petit commerçant pinailleur à l’excès, accompagné de sa femme et de sa fille, sonne à la porte. Lui aussi a un contrat de location pour cette maison. La discussion s’envenime lorsqu’arrive Giacomo, un grand médecin snob qui lui aussi a un contrat de location. L’agence immobilière est aux abonnés absents et le maréchal des carabiniers a trop chaud pour réfléchir à une solution. On est en plein mois d’août et tout est complet. La seule solution est de cohabiter. Les caractères et les modes de vie différents des uns et des autres déboucheront sur toute une kyrielle de conflits.

 

« Odio l’estate » est une comédie hilarante qui fut l’un des grands succès populaires de l’année dernière en Italie. Rires garantis. 

Tampon INEDIT.png

FIGLI de Giuseppe Bonito

Figli affiche.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Mattia Torre  

Image : Roberto Forza  

Montage : Giogiò Franchini  

Musique : Filippo Porcari  

Producteurs : Lorenzo Mieli, Mario Gianani, Lorenzo Gangarossa  

Interprètes : Paola Cortellesi, Valerio Mastandrea, Stefano Fresi, Valerio Aprea, Paolo Calabresi, Andrea Sartoretti, Carlo De Ruggieri, Massimo De Lorenzo 

Année : 2021  

Durée : 1 h 37

La vie de Nicola (Valerio Mastandrea) et Sara (Paola Cortellesi) est proche du conte de fée avec leur petite fille de six ans. Mariés depuis longtemps, ils ont trouvé un bel équilibre familial. Mais lorsque Sara tombe enceinte, leur petite vie idyllique se transforme en « cauchemar » avec l’arrivée de Pietro, ce deuxième enfant imprévu. Cette famille parfaite commence alors à montrer les premiers déséquilibres. Entre insatisfactions et rancunes, le moindre désaccord devient motif à querelle. Les pleurs du bébé, les machines à laver, les taches ménagères, la fatigue, tout s’accumule. Sara et Nicola ne se reconnaissent plus et leur couple traverse une crise. Une baby-sitter semble être la meilleure solution, mais en trouver une qui convienne est une entreprise « titanesque ». 

 

Pour cette joyeuse comédie familiale qui est pleine d’humour et n’engendre pas la mélancolie, Mattia Torre a obtenu le Donatello (équivalent italien du César) du meilleur scénario de l’année 2021.

MIO FRATELLO RINCORRE I DINOSAURI de Stefano Cipani

Mio fratello rincorre i dinosauri affiche.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Fabio Bonifacci, adapté du roman de Giacomo Mazzariol  

Image : Sergi Bartrolì  

Montage : Massimo Quaglia  

Musique : Lucas Vidal  

Producteurs : Isabella Cocuzza, Arturo Paglia, Antonia Nava  

Interprètes : Alessandro Gassmann, Isabella Ragonese, Rossy De Palma, Francesco Gheghi, Gea Dall’Orto, Roberto Nocchi, Saul Nanni, Lorenzo Sisto,  

Année : 2020  

Durée : 1 h 42

Jack (Francesco Gheghi), rêve d’avoir un frère avec qui jouer. Il voit son rêve devenir réalité lorsque ses parents (Alessandro Gassmann et Isabella Ragonese) lui annoncent l’arrivée de Gio (Lorenzo Sisto), son nouveau petit frère qu’on lui décrit comme « spécial ». Jack l’imagine tout de suite comme un super-héros, mais en grandissant il découvre que Gio est en réalité atteint du syndrome de Down. Lorsque Jack rencontre son premier amour d’adolescent, il décide de dissimuler l’existence de Gio dont le comportement étrange et imprévisible lui fait honte. Mais les mensonges le rattrapent et Jack commence à réaliser à quel point Gio, par sa conception originale de la vie, son énergie et son amour débordant, est véritablement un super-héros. 

 

Très touchante, cette comédie dramatique ne laissera personne indifférent. 

NON ODIARE de Mauro Mancini

Non odiare affiche.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Davide Lisino, Mauro Mancini  

Image : Mike Stern  

Montage : Paola Freddi  

Musique : Pivio et Aldo De Scalzi  

Producteur : Mario Mazzarotto  

Interprètes : Alessandro Gassman, Sara Serraiocco, Luka Zunic, Lorenzo Buonora  

Année : 2020  

Durée : 1 h 35 

Simone Segre (Alessandro Gassmann), un chirurgien d’origine juive habite au cœur de Trieste. Il mène une vie tranquille dans un bel appartement et aime sa compagne qui travaille en France comme journaliste. Les difficiles conflits avec son père qui fut déporté dans un camp de concentration et qui est récemment décédé, l’ont conduit pendant des années à prendre ses distances avec lui. Un jour, alors qu’il fait son entraînement hebdomadaire de kayak, Simone est témoin d’un accident de voiture. Premier arrivé sur place, il appelle les secours et prend en charge le blessé. Mais lorsqu’il découvre un tatouage nazi sur sa poitrine, il l’abandonne à son sort. Le temps que les secours arrivent, il est trop tard. Pris de remords, il décide d’enquêter sur la famille la victime qui vit dans un quartier populaire de la ville. Il découvre alors l’existence compliquée de Marica (Sara Serraiocco) et de son frère Marcello (Luka Zunic), un jeune néo nazi gangrené par la haine raciale. 

LEI MI PARLA ANCORA  de Pupi Avati

Lei mi parla ancora affcihe.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Pupi Avati, Tommaso Avati,

d’après le roman de Giuseppe Sgarbi  

Image : Cesare Bastelli  

Montage : Ivan Zuccon  

Musique : Carlo Siliotto 

Producteurs : Antonio Avati, Luigi Napoleone, Massimo Di Rocco  

Interprètes : Renato Pozzetto, Stefania Sandrelli, Isabella Ragonese, Fabrizio Gifuni, Lino Musella, Chiara Caselli, Alessandro Haber, Serena Grandi  

Année : 2021 

Durée : 1 h 40

Nino et Caterina se sont mariés il y a 65 ans et ont juré par écrit que la fidélité de leur amour les rendrait immortels. Au décès de son épouse, Nino (Renatto Pozzetto) relit cette promesse. Leur fille Elisabetta est désemparée face au désarroi et au chagrin de son père. Editrice, elle fait donc appel à un prête-plume ambitieux, Amicangelo (Fabrizio Gifuni), pour aider l’inconsolable veuf à rédiger ses mémoires afin de remonter le fil du temps. Le « nègre » n’a pas un sou vaillant et son couple est en crise. Il accepte l’offre mais les choses s’engagent mal entre ces deux hommes que tout oppose. De réticences en prises de bec, Amicangelo est sur le point d’abandonner le projet. Il finit toutefois par rester et, petit à petit, leur relation s’améliorera à travers l’aide qu’ils s’apporteront mutuellement. 

 

Un film plein de tendresse, de sensibilité et d’émotion, bien dans le style de Pupi Avati, le réalisateur de l’inoubliable « Una gita scolastica ». 

ARIAFERMA de Leonardo di Costanzo

Ariaferma affiche.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Leonardo Di Costanzo, Bruno Oliviero, Valia Santella  

Image : Luca Bigazzi 

Montage : Carlotta Cristiani  

Musique : Pasquale Scialò  

Producteurs : Carlo Cresto-Dina, Michela Pini, Amel Soudani  

Interprètes : Toni Servillo, Silvio Orlando, Fabrizio Ferracane, Salvatore Striano, Roberto De Francesco, Pietro Giuliano, Nicola Sechi, Leonardo Capuano 

Année : 2021  

Durée : 1 h 57 

De nos jours, dans un lieu reculé de l’Italie, une prison vétuste est en voie de désaffectation. La plupart des détenus ont été évacués, ainsi que leurs gardiens. Pour garder les détenus qui restent, il n’y a plus que Gaetano Gargiulo (Toni Servillo) et ses hommes qui s’impatientent. Mais voilà que la directrice les prévient que leur séjour va se prolonger car on ne trouve pas d’endroit où transférer les derniers détenus. L’ambiance se tend. Les gardiens et les prisonniers sont face à face et certains esprits s’échauffent. Gargiulo est confronté à Carmine Lagioia (Silvio Orlando), un boss de la camorra. Il s’était toujours gardé de sympathiser avec les détenus, mais là il assouplit son attitude au grand dam de certains de ses collègues beaucoup plus sévères. 

 

Ce film est un témoignage très réaliste sur l’univers carcéral. Il représentait l’Italie à la Mostra de Venise 2021. 

UN CIELO STELLATO SOPRA IL GHETTO DI ROMA  de Giulio Base

Un cielo stellato sopra il ghetto di Roma affiche.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Giulio Base, Israel Cesare Moscati, Marco Beretta  

Image : Giuseppe Riccobene  

Montage : Jacopo Quadri  

Musique : Pietro Freddi  

Producteurs : Cesare Fragnelli, Sandro Bartolozzi  

Interprètes : Bianca Panconi, Emma Matilda Lió, Daniele Rampello, Irene Vetere, Francesco Rodrigo, Marco Todisco, Domenico Fortunato, Aurora Cancian 

Année : 2021  

Durée : 1 h 40

Ce film raconte l’histoire d’un groupe d’étudiants qui part à la recherche d’une vérité cachée après avoir trouvé une lettre et la photo d’une petite fille dans une vieille valise. Intrigués par ce mystère, les jeunes amis se lancent dans un voyage par étapes à travers l’ancien ghetto juif de Rome, ramenant les souvenirs du passé au présent. 

 

Giulio Base, qui avait obtenu le Prix du public du Festival italien de Bastia en février 2000 pour sa comédie « La bomba », change totalement de registre en abordant la douloureuse thématique de la Shoah. Il le fait d’une manière qui va droit au cœur. Ce drame poignant éclaire une terrible page d’histoire, en l’occurrence le « samedi noir des Juifs de Rome », au cours duquel 1259 personnes (dont 1023 enfants) ont été capturées et déportées au camp d’extermination d’Auschwitz. Ce film bouleversant est un devoir de mémoire.

QUI RIDO IO de Mario Martone

Qui rido io affiche.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Mario Martone, Ippolita di Majo  

Image : Renato Berta  

Montage : Jacopo Quadri  

Musique : Mario Martone et Antonio Siano 

Producteurs : Nicola Giuliano, Francesca Cima, Carlotta Calori, Mariela Besuievsky  

Interprètes : Toni Servillo, Maria Nazionale, Cristiana Dell’Anna, Antonia Truppo, Roberto De Francesco, Lino Musella 

Année : 2021  

Durée : 2 h 12 

A Naples, au début du 20e siècle, Eduardo Scarpetta (le père du grand Eduardo de Filippo) est l’auteur de théâtre et le comédien le plus en vue. Il a créé le personnage de «Sciosciammocca» qui a détrôné «Polichinelle». Il est devenu très riche grâce au théâtre qui est toute sa vie. C’est aussi la vie de sa vaste famille: femmes, maîtresses, enfants légitimes ou non qui composent sa troupe. Un jour, il décide de monter une parodie d’un drame de Gabriele D’Annunzio, le poète que tout le monde admire à l’époque. C’est là que ses ennuis commencent. Les auteurs de la jeune génération qui vénèrent D’Annunzio, lui montent une cabale et lui font un procès qui dure des années. L’affaire et complexe et mobilise des intellectuels de renom autour de la définition du plagiat. Scarpetta connaît des moments difficiles mais a une vitalité à toute épreuve. 

 

Cette œuvre était en compétition officielle à la Mostra de Venise 2021. Son réalisateur, Mario Martone, a présenté tous ses films au Festival italien de Bastia où il avait obtenu le Prix du public en 1995 pour « Mort d’un mathématicien Napolitain ».  

ASSANDIRA de Salvatore Mereu

Assandira affiche.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Salvatore Mereu  

Image : Sandro Chessa  

Montage : Paola Freddi et, Antonio Cellini  

Musique : Valerio Camporini  

Producteurs : Elisabetta Soddu, Salvatore Mereu 

Interprètes : Gavino Ledda, Anna Koenig, Marco Zucca, Corrado Giannetti, Samuele Mei, Alessandro Pala  

Année : 2020  

Durée : 2 h 06

Assandira est une bergerie isolée au cœur de la Sardaigne. Elle vient d’être dévaste par un incendie. Une pluie torrentielle a éteint les braises mais ne peut étouffer le feu intérieur qui ronge le vieux Costantino, l’ancien propriétaire du domaine. Ce dernier a en effet vu son fils périr dans les flammes et se sent rongé par une immense culpabilité. Alors que les carabinieri enquêtent pour essayer de comprendre ce qui a bien pu se passer dans ce lieu à priori paisible, Costantino se remémore tous les évènements qui ont provoqué ce drame. 

 

Le talentueux réalisateur sarde Salvatore Mereu n’est pas un inconnu du public bastiais. Il avait obtenu le Grand Prix du Festival italien en février 2014 pour son précédent film « Bellas Mariposas ». 

LASCIAMI ANDARE de Stefano Mordini

Lasciami andare affiche.jpg
Tampon INEDIT.png

Scénario : Luca Infascelli, Francesca Marciano, Stefano Mordini, d’après le roman « You came back » de Christopher Coake  

Image : Gigi Martinucci  

Montage : Massimo Fiocchi  

Musique : Fabio Barovero  

Producteur : Roberto Sessa  

Interprètes : Stefano Accorsi, Valeria Golino, Maya Sansa, Serena Rossi, Lino Musella, Ludovico Benedetti, Elio De Capitani, Antonia Truppo 

Année : 2020  

Durée : 1 h 38

Un hiver à Venise, Marco (Stefano Accorsi) et son épouse Clara (Maya Sansa) visitent une superbe demeure qui donne sur le Grand Canal et qu’ils souhaitent acheter pour y vivre avec leur enfant.  

Huit ans plus tard, Marco a refait sa vie et a pour nouvelle compagne Anita qui attend un bébé de lui. Alors qu’il déjeune dans une trattoria, Marco est accosté par une mystérieuse femme d’affaires jouée par Valeria Golino. Elle lui dit qu’elle occupe depuis deux ans l’appartement où il habitait avec Clara et leur petit garçon qu’ils ont malheureusement perdu. Marco est perturbé au plus haut point par ces révélations. D’autant que cette femme lui laisse entendre que son propre fils est « en contact » avec l’enfant disparu.  

Homme pragmatique et rationnel, Marco veut absolument percer ce mystère. Il met donc tout en œuvre pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette étrange situation. 

 

Cette intrigue à suspense était en sélection officielle à la Mostra de Venise 2020