Ciné Memoria

IL GIARDINO DEI FINZI CONTINI de Vittorio De Sica 

Il Giardino dei Finzi affiche.jpg

Scénario : Ugo Pirro, Vittorio Bonicelli, d’après le roman de Giorgio Bassani  

Image : Ennio Guarneri  

Montage : Adriana Novelli  

Musique : Manuel De Sica  

Producteurs : Gianni Hecht Lucari, Arthur Cohn  

Interprètes : Dominique Sanda, Romolo Valli, Barbara Pilavin, Camillo Cesarei, Lino Capolicchio, Helmut Berger, Fabio Testi  

Année : 1970  

Durée : 1 h 34 

Cette chronique familiale se déroule à Ferrare entre 1938 et 1943, des dernières illusions ensoleillées à la guerre, de la joie de vivre aux premiers décrets antiracistes et aux premières arrestations de Juifs. 

Dans la moiteur estivale, au fond du vaste jardin de la famille Finzi Contini, les fils et les filles de la grande bourgeoisie locale se retrouvent pour disputer de rieuses parties de tennis. Alberto, le fils des propriétaires de ces lieux enchanteurs, se retire dans la pénombre, cherchant à dissimuler aux yeux des autres ses sueurs malsaines. La maladie le menace et l’emportera. Micol, sa sœur, devient la passion d’un ami, Giorgio, qui est admis au sein du groupe. Mais elle craint cet amour à cause de l’attachement inavoué qu’elle porte à son propre frère. 

 

Voici un chef-d’œuvre du grand Vittorio de Sica que les cinéphiles pourront revoir dans une copie restaurée. 

SPLENDOR d’Ettore Scola

Splendor affiche.jpg

Scénario : Ettore Scola  

Image : Luciano Tovoli  

Montage : Francesco Malvestito  

Musique : Armando Trovajoli  

Producteurs : Mario et Vittorio Cecchi Gori  

Interprètes : Marcello Mastroianni, Massimo Troisi, Marina Vlady, Paolo Panelli, Pamela Villoresi, Giacomo Piperno, Mauro Bosco  

Année : 1988  

Durée : 1 h 50 

Jordan est propriétaire du « Splendor » dans une petite ville italienne. Ce cinéma est toute sa vie.  Aujourd’hui, Jordan est couvert de dettes et doit vendre la salle qui sera remplacée par un supermarché. Il a pourtant lutté longtemps, soutenu par Luigi, son projectionniste, qui vit intensément les films qu’il voit tous les soirs, ainsi que par Chantal, l’ouvreuse. Le problème est que la fréquentation diminue car les gens préfèrent regarder les films à la télévision. Lors de la dernière séance du « Splendor », Jordan et ses fidèles amis se remémorent le passé de cette salle où tant de chefs-d’œuvre ont été projetés. 

 

Ce film, qui était son préféré, sera présenté en hommage à René Viale, le fondateur du Festival italien de Bastia qui est décédé en avril 2018. La séance aura lieu le mardi 15 février, à 18 h 30 au Studio. Elle sera animée par les membres du Ciné-club de Bastia.